Newsletter 41 – Mobiliser toute sa personnalité : un atout en entreprise ?

Partager cet article :

Mobiliser toute sa personnalité : un atout en entreprise

De l’individualisme à l’ouverture aux autres

Le Moi est notre ego, ce qui nous permet de dire « je » et d’exister en tant que sujet. Identifié souvent à notre personnalité singulière, le Moi est celui que nous nous sommes construits sur la base de nos instincts, de notre éducation, de notre psychologie, de nos relations…

Le Soi s’apparente au contraire plus à notre personnalité entière, plus authentique que le Moi avec ses vastes zones d’ombre.

Le Soi est cette partie à laquelle on accède au fil de nos expériences et au prix d’un tenace parcours de connaissance de soi.

Là où le Moi nous permet de nous distinguer comme un être particulier, le Soi nous relie plutôt au grand Tout auquel nous aspirons à contribuer aussi harmonieusement que possible.

Là où le Moi se veut unique, le Soi s’emploie au contraire à devenir universel.

Passer du Moi au Soi et se détacher de son ego n’est donc pas une sinécure !

 

Le Moi est évidemment requis en entreprise

Nous sommes forcément embauchés en fonction de nos caractéristiques propres parce qu’elles correspondent aux besoins de l’entreprise.

Si, tant par nos savoir-faire que par nos savoir-être, nous y accomplissons notre activité de façon adéquate aux attentes environnantes, notre personne sera reconnue, voire gratifiée. Si tout se passe bien, l’expression de nos « talents » distinctifs sera évaluée comme profitable à l’entreprise et celle-ci nous servira à progresser et à nous accomplir dans notre carrière.

Le monde du travail dans le secteur marchand valorise donc le Moi, comme s’il était évident que la réussite personnelle, dans un contexte où les contraintes ne manquent certes pas, était l’alpha et l’oméga du deal entre l’employeur et son collaborateur.

La quête du Soi y trouve-t-elle toujours son compte ? Et l’entreprise ne perd-elle pas plus qu’il n’y paraît si elle vient à trop l’ignorer ?

 

Le Soi, plus discret que le Moi, mais ô combien efficace !

Si le Moi nous est indispensable pour exister en tant qu’individu unique et singulier, il est hélas enclin à dériver vers maintes conduites égotiques, tel le fameux « Moi je » qui compromet l’aboutissement des partenariats gagnant-gagnant, sacrifie la convivialité sur l’autel des rapports de force et préfère servir l’ambition personnelle dans son pré carré plutôt que l’intérêt général d’une structure synergique.

On observe pourtant que la jeune génération est prête à être moins payée si son travail a du sens, notamment concernant la sauvegarde de la planète. Pour elle, porter de l’estime à la finalité et aux méthodes de son entreprise revient à renforcer son estime d’elle-même. C’est dire si elle s’engage à être contributive au bien commun par des valeurs partagées.

Ce trait du Soi impersonnel devrait être mieux évalué lors du recrutement. Car il signale une disposition à s’approprier les valeurs-phares de l’entreprise et à se montrer solidaires des objectifs collectifs.

 

Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

Cet adage africain prône l’avantage de passer du Moi de la rivalité au Soi de l’efficience, ce qui revient à passer de paraître à être, de posséder à partager, d’imposer à proposer, de prendre à recevoir, de manipuler à agir, de commander à aider, de combattre à rencontrer, de rejeter à comprendre, bref d’un monde réduit à sa petite personne à un monde ouvert aux autres

Le management comme les RH gagneraient à savoir détecter et encourager ce type de comportements qui, en incluant la réussite d’autrui dans la sienne propre, ne peut que favoriser la réussite de l’entreprise.

Explorons mieux en chacun les ressources de ce Soi au penchant universel qui, dans chaque manager, chaque collègue et chaque collaborateur, a l’acuité et l’audace de reconnaître son semblable engagé dans la même cause commune.

En ces temps de télétravail et de risque de repli sur Moi, sachons trouver les espaces, les objectifs, les missions et raisons de travail sur Soi.

 

Pour aller plus loin…

Soyez vous-mêmeSoyez vous-même, tous les autres sont déjà pris, de Gilles Azzopardi, 2017, J’ai Lu.

Gilles Azzopardi, psychosociologue, fait le point sur les éléments qui viennent polluer notre personnalité et nous gâchent la vie. Pas si évident de savoir qui l’on est vraiment. Déjà parce qu’on évolue sans cesse, mais aussi parce que, bien souvent, on se définit par rapport aux autres.

Sans compter le poids du passé, de l’éducation, les pressions sociales, de la famille, des amis ou du travail ! Grâce à ce livre, vous apprendrez à comprendre et à gérer vos émotions, à vous accepter, à vous estimer pour enfin avoir confiance en vous et à vous affirmer, que ce soit en couple, en société, au travail ou tout simplement envers vous-même.

 

 

generation zGénération Z – Des Z consommateurs aux Z collaborateurs d’Elodie Gentina et Marie-Eve Delecluse, 2018, Ed. Dunod.

Les deux auteures consacrent un ouvrage à la Génération Z pour nous permettre de mieux la décrypter. Elles mettent en avant la quête de liberté et de sens de cette génération ainsi que le besoin de travail collaboratif qui la caractérise et ceci tout en étant plus apte à s’adapter aux changements.

 

 

 

 

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] N’ignorons pas les émotions – ni les nôtres ni celles de notre entourage –, mais ne cédons pas non plus à leur dictature. […]

Les commentaires sont désactivés.