Flashnews ETM 4 – Le management “d’après”

Le management “d’après”

Le retour ou le renouveau ?

Nombreux sont ceux qui disent, en commençant par nos élites, que le monde d’après ne sera pas celui d’avant. Ceux qui nous dirigent ou influent sur nos modes de pensée, et président à nos manières d’agir, notre gouvernance politique en premier, l’affirment et le répètent.

Le management, à la croisée des mondes d’après.
Le management qui est, d’une certaine manière, la mise-en-œuvre opérationnelle d’une gouvernance, est donc confronté à cette question cruciale : quelle est la mise-en-œuvre opérationnelle d’un monde d’après dont on ne sait en fait seulement qu’il sera nouveau et différent du monde d’avant ? Et ce d’autant plus que le management est à la croisée de plusieurs gouvernances, dont les principales sont la gouvernance économique et financière de l’entreprise où il exerce, et la gouvernance politique, sociétale, qui suscitera une attente spécifique de ses collaborateurs en tant que qu’hommes et citoyens.

La RSE, plus que jamais.
Faisons l’hypothèse et le vœu que les dirigeants d’entreprise auront compris et accepté cette idée que si la réanimation de l’économie sera extraordinairement difficile pour nombre d’entre eux, elle ne passera pas par la renonciation, fut-elle partielle ou temporaire, aux grands principes contenus dans la notion de RSE. Au contraire, cette Responsabilité Sociétale des Entreprises, vis-à-vis de l’environnement, nature et société, devra être réaffirmée, affichée, enrichie, et concrétisée.

Le management actualisé.
Mais orientons notre réflexion sur ce qui relève plus spécifiquement de la fonction managériale, susciter l’engagement durable des salariés. Chaque manager va retrouver bientôt ses collaborateurs. Sont-ils les mêmes ? Leurs attentes, donc les ressorts qui les animent seront-ils les mêmes ? Pour les uns, peut-être ; pour d’autres surement pas, en fonction de ce qu’ils auront vécu pendant la période passée, deuil, chagrin, peur, ou quiétude ; selon les différents ressentis émotionnels, psychologiques voire spirituels face à ces évènements qui ont pu prendre selon les personnes, l’aspect d’une tragédie, d’une comédie, d’une absurdité, d’une remise en cause éventuelle de fondements existentiels, ou d’une période de semi-vacances familiales.

Peut-on revenir désormais au travail en arborant des certitudes et la conviction de pouvoir maitriser toutes les situations, quand les semaines passées en ont montré l’inanité ?
Quelles sont les valeurs qui ont survécu à la période et que le manager peut incarner en étant crédible : la modestie, le courage, la volonté de bien faire, l’altruisme, l’authenticité, la sincérité, la capacité à se questionner, à douter sans être tétanisé, à se faire aider, y compris par ses collaborateurs, sans se sentir humilié ou diminué.

La catharsis nécessaire.
Ce manager renouvelé devra d’abord, au préalable, avoir renoué, ravivé ou réactualisé sa relation d’humanité avec chacun de ses collaborateurs, par téléphone, ou en tête à tête, et connaître l’état moral, psychique dans lequel il se trouve.

La première action managériale collective sera d’accueillir son équipe en les incitant à exprimer leur ressenti, leurs émotions, leurs peurs, leurs espoirs, leurs attentes, leurs réticences, leurs réflexions. L’exercice est délicat que d’autoriser l’expression juste des émotions sans susciter l’indécence de la plainte ou de la jubilation. Ce moment de réinstallation du collectif doit être authentique et ne peut donc être organisé comme une « purge émotionnelle » suivie l’instant d’après d’un brief de remise à niveau et en action. Il doit être dédié, indépendant. Pour ce, il est souhaitable de permettre alors à chacun de reprendre son activité, son poste, ses fonctions, avant de revenir collectivement, quelques heures après ou le lendemain, à l’organisation du travail, la définition des orientations et des objectifs, la fixation des attentes et des échéances.

C’est à cette occasion, dans cet exercice, que le management renouvelé peut se dévoiler, et les valeurs évoquées se traduire. Le manager gagnera à être ressenti comme plus profond, plus authentique, plus respectueux, plus digne, plus humain. Les collaborateurs doivent pouvoir trouver dans l’attitude et la façon d’être de leur manager, l’envie de surmonter les éventuels sentiments d’absurdité, de dérisoire, de désengagement ou de révolte et d’agressivité, pour vivre ou revivre la satisfaction voire la fierté de la dignité, de l’accomplissement, de la reconnaissance.

L’auto-transcendance est une discipline à la portée de tous.
Parvenir à cet état d’être et s’y tenir est à la portée de tous les managers pour peu qu’ils soient convaincus de sa son avantage en humanité et en professionnalisme. Mais le chemin pour y parvenir n’est pas le même pour tous ; certains partent indubitablement de plus loin. Certains peuvent y parvenir seuls, d’autres devront accepter l’idée de se faire accompagner et aider.

Il nous reste à tous un temps, quelques jours/semaines, pour avancer sur ce chemin, pour s’observer, analyser ce qui nous anime réellement, les plaisirs, les pulsions, les désirs, les besoins de reconnaissance, de satisfaction d’égo, y réfléchir profondément, avec sincérité, humilité, comprendre comment les identifier, les maîtriser, les mettre au service d’un vrai désir de croissance, d’humanisation, d’actualisation de soi. Travailler sa conscience de soi pour se mettre au service de sa conscience morale, et devenir ce manager renouvelé.

 

Pour aller plus loin…

« L’intelligence spirituelle au cœur du leadership », Romain Cristofini, mai 2019
InterEditions

Le modèle de performance et de management actuel, obsolète, épuise autant les hommes que la planète. Pour se réinventer, les organisations et le monde ont besoin de leaders éclairés et engagés, porteurs d’un souffle nouveau. Invitant les dirigeants et les managers à se reconnecter à cette intelligence spirituelle, vitale, qui sommeille en eux, ce livre leur donne les clés d’une transformation à la fois exaltante et essentielle. Ils y puiseront énergie et audace pour aligner leur engagement professionnel sur les aspirations de leur cœur et de leur âme, rêver demain, initier la nécessaire mutation de leur organisation et garder le cap dans la complexité.
Rythmé de témoignages inspirants, ce livre propose à tous, homme ou femme, de devenir une personne vivante, alignée et rayonnante.